Hors-série n. 5 : Virginie Despentes

Comment définir King Kong théorie (2006) ? C’est une sorte d’actualisation contemporaine d’Un lieu à soi, dont j’avais parlé ici. Dans Un lieu à soi, Virginia Woolf parle de la condition de femme de lettres au début du XXe siècle ; dans King Kong théorie, l’autre Virginie décrit cette même condition au début du XXIe siècle. Non seulement certaines données sociales ont changé, mais encore la sensibilité des écrivain-e-s a changé et s’est radicalisée.

king_kong_theorie

Si l’on était révolté-e par les injustices sexistes chez Virginia Woolf, on est horrifié-e par les violences masculines chez Virginie Despentes. Les femmes de lettres, comme les autres femmes, sont violées par les hommes : « le viol est le propre de l’homme » (p. 50). L’emprise des hommes s’inscrit très concrètement dans la chair même des femmes, c’est une véritable colonisation : « la dichotomie mère/putain est tracée à la règle sur le corps des femmes, façon carte d’Afrique : ne tenant aucunement compte des réalités du terrain, mais uniquement des intérêts des occupants. »

Le paradoxe qui a rebuté beaucoup de gens face aux films et aux livres de Despentes, c’est son éloge de certaines formes de pornographie. La pornographie est, dit-elle, le seul endroit où la sexualité est franche, sincère et dénuée d’angoisses : « pour une fois, tout se passe bien » (p. 102). Ce n’est que du fait de la domination politique et financière des hommes que le porno leur est majoritairement adressé ; pour Despentes, il n’est pas un mal en soi.

Le porno est peut-être même plus noble qu’une bonne part de notre histoire littéraire qui est assimilable, depuis les viols des dieux antiques décrits chez Ovide, à du happy slapping : montrer ostensiblement la violence faite aux femmes sans défenses (p. 126). En lisant cette comparaison, que je trouve très juste à la fois artistiquement et socialement, j’ai pensé à beaucoup de mes lectures d’étudiant, et par exemple à L’Ève future de Villiers de l’Isle-Adam.

villierdelisleadamlevefuture

En somme, Despentes fait le procès du genre masculin et il est accablant. Quand on l’accuse d’être un garçon manqué, elle répond : « vouloir être un homme ? Je vaux mieux que ça » (p. 140). Ce qui est sûr, c’est qu’elle ne veut pas être une femme telle que l’entendent les hommes, et particulièrement les critiques : « On ne me compare qu’à d’autres femmes. Marie Darrieussecq, Amélie Nothomb, Lorette Nobécourt, qu’importe, pourvu qu’on ait environ le même âge, et surtout qu’on soit du même sexe » (p. 120).

King Kong théorie appelle à cesser de catégoriser les personnes à travers des genres, dans la littérature et dans la société en général. Pour ma part, je ne peux pas cesser de penser, sinon les femmes, au moins les hommes comme une catégorie de personnes bien précise : celle qui est statistiquement plus violente, plus égoïste, moins diplômée, moins sensible. Celle qui a le crime et le délit facile (97% d’hommes dans les prisons chez nous). Celle qui a le pouvoir et l’argent et qui compte bien le garder. Si le blog où j’écris avait une seule fonction, ce serait peut-être celle-ci : mettre des bâtons dans les roues de la virilité.

D’autres avis sur King Kong théorie :

Libération, qui cite beaucoup d’extraits,

Une étude très poussée et virtuose sur Politiqueer,

Un exemple de réception sexiste, écrite par un gars de la télé et hébergée sans qu’on sache pourquoi sur le site Le Matricule des Anges,

Le blog Mes Mille et une nuits, qui a cette formule extraordinaire : « Ce qui est vulgaire quand Giesbert interviewe Despentes, c’est lui… pas elle » !

Publicités

3 réflexions sur “Hors-série n. 5 : Virginie Despentes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s