Le chant précède l’oiseau : Fabienne Raphoz

Avec "l'intensité d'une passion juvénile à l'âge adulte", Fabienne Raphoz écoute bruisser son jardin du Faucigny. "Le chant précède l'oiseau" (p. 13), et l'ouïe la vue : il faut être à l'affût. Raphoz se fait metteuse en scène d'un espace intermédiaire entre "côté fenêtre" et "côté livre" (p. 107) : certaines scènes prennent une ampleur... Lire la suite →

Publicités

Faut-il lire François Poullain de La Barre ?

Il va s'agir maintenant (et pour la première fois depuis deux ans que ce blog est vivant) d'un livre écrit par un homme. Beaucoup de mes amies, qu'elles se disent ou non féministes, hésitent à le lire, bien qu'il soit très court et ne coûte pas grand'chose : elles se demandent s'il en vaut la... Lire la suite →

Hors-série n. 5 : Virginie Despentes

Comment définir King Kong théorie (2006) ? C'est une sorte d'actualisation contemporaine d'Un lieu à soi, dont j'avais parlé ici. Dans Un lieu à soi, Virginia Woolf parle de la condition de femme de lettres au début du XXe siècle ; dans King Kong théorie, l'autre Virginie décrit cette même condition au début du XXIe siècle. Non... Lire la suite →

Élise Fontenaille-N’Diaye, Blue book (2015)

Ce livre est né d'une recherche autobiographique de l'autrice. Elle se renseignait sur son arrière-grand-père paternel, Charles Mangin, général dans l'armée coloniale, dans le but d'écrire l'une de ces innombrables sagas familiales qui s'étalent dans nos librairies. Mais ce qu'elle découvre de la réalité coloniale lui impose un autre sujet incomparablement plus urgent. Blue book... Lire la suite →

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑