Virginia Woolf, Un lieu à soi (2016) [1929]

B26626 (1).jpg

L’article de la semaine prochaine est déjà rédigé, et il est fort long, pardon d’avance ! Cette semaine, bornons-nous à signaler une parution extraordinaire : la traduction par Marie Darrieussecq de A Room of One’s Own de Virginia Woolf. Tout ce qu’elle y écrivait en 1929 est encore aujourd’hui terriblement vrai.

Il s’agit d’une conférence demandée par l’université de Cambridge au sujet de la place des femmes dans la littérature. Pour V. Woolf, les femmes écrivent moins que les hommes parce qu’elles n’ont pas les moyens financiers, les rentes nécessaires pour se dégager le temps libre nécessaire et « un lieu à soi » où elles ne soient pas dérangées. Pour écrire Orgueil et préjugés (1813), Jane Austen n’avait qu’un salon commun, et lorsqu’elle était dérangée par des visiteurs ou de la famille, elle devait cacher le manuscrit de son chef-d’œuvre sous des buvards (p. 109).

« La liberté intellectuelle dépend des choses matérielles […]. Et les femmes ont toujours été pauvres, pas seulement depuis deux cents ans, mais depuis la nuit des temps. » (p. 163). Un Lieu à soi est un appel fort, juste, nuancé, documenté, pour la venue des femmes à l’écriture. Sa lecture a inspiré la création de ce blog.

Une autre lecture : trainsurtrainghv

Advertisements

5 réflexions sur “Virginia Woolf, Un lieu à soi (2016) [1929]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s