Poètes, votre contrat de travail ?

"Durée de vie moyenne d’un livre en librairie, 5 semaines." J'ai lu ça chez François Bon. N'empêche que Poétique de l'emploi, de Noémi Lefebvre, sorti en février 2018 (soit il y a une cinquantaine de semaines), il était bien en rayon, bien en vue, debout dans les étagères de la librairie L'Arbre du Voyageur, 55... Lire la Suite →

Publicités

Formes et couleurs de Gertrude Stein

La nouvelle année sera semblable à l'ancienne au moins sur ce point : hors de question de manquer une occasion de chanter la gloire perpétuelle des belles éditions Cambourakis, qui ont réussi à imposer leurs couvertures colorées et leurs textes étranges et militants dans tous les rayons des librairies du pays — de la BD... Lire la Suite →

La poète, sa mère, sa grand-mère : Natasha Kanapé Fontaine

Au marché de la poésie 2018, le Québec était l'invité d'honneur : les éditions montréalaises Mémoire d'encrier avaient fait venir plusieurs de leurs plumes, et notamment Joséphine Bacon, poétesse innue née en 1947, que j'apprécie particulièrement. J'étais donc très heureux à Noël de recevoir un recueil d'une autre poétesse innue de la même maison, mais infiniment plus... Lire la Suite →

Une soirée avec Julie Wolkenstein

"Lieux et espaces du pouvoir". Ce pourrait être le titre de bien des thèses parues en littérature comparée. C'était surtout le nom d'un séminaire doctoral qui, un soir de décembre, invitait Julie Wolkenstein à l'université. Les séminaires doctoraux sont les bacs à sable de la recherche : nous autres jeunes chercheurs y faisons nos griffes en... Lire la Suite →

La lanterne magique d’un assoupissement… : George Eliot, l’autre Proust

J'avais déjà commencé de lire Middlemarch lorsque Mona Ozouf fit paraître, le 4 octobre dernier, L'Autre George, son essai sur Mary Ann Evans qui, comme George Sand, signa ses romans champêtres d'un pseudonyme masculin. Elizabeth Gaskell, dans Cranford (1851), dressait une série de portraits satiriques de la société provinciale anglaise progressivement minée par l'avènement de la bourgeoisie capitaliste. Dans Middlemarch... Lire la Suite →

Enfin un roman islandais qui se lit vite

On croit d'abord à une comédie. Lors d’un voyage en France, Maria Holm, volcanologue islandaise à la réputation internationale, croise Gemma. Contre toute attente, cette belle Italienne lui fait des avances : résolument hétérosexuelle, Maria l’éconduit. Pourtant, quelques jours plus tard, Gemma resurgit dans sa vie : l'a-t-elle suivie ? Veut-elle seulement la séduire ?... Lire la Suite →

Joy Sorman, naturaliste sans certitude

Les plus grandes qualités de ce roman sont d'être superficiel, répétitif et ennuyeux : comme la vie. Le roman suit la naissance d'une maladie, son acmé et sa guérison. Ninon Moise, héroïne au nom prophétique, est atteinte d'une maladie de peau, rare et sans symptôme, à part une immense douleur du contact : presque une... Lire la Suite →

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑