En Corée du Sud, on ne naît pas femme

Un pamphlet féministe, sous forme de roman, a été vendu à plusieurs millions d’exemplaires en Corée du Sud, avant d’être adapté au cinéma. Kim Jiyoung, née en 1982, de Cho Nam-Joo, met en scène une mère qui n’en peut plus.

Après avoir fait la vaisselle et pris le temps d’un café, Kim Jiyoung a accompagné sa belle-mère au marché pour les achats de Chuseok. En fin d’après-idi elle a préparé le bouillon de bœuf, fait mariner les côtes de bœuf, a trié et lavé les légumes dont elle a fait cuire une partie, l’autre allant au réfrigérateur. Puis elle a préparé les fruits de mer et d’autres légumes pour les galettes et beignets du lendemain. Après quoi elle s’est occupée du dîner, jusqu’à la vaisselle. (p. 16)

De la vaisselle à la vaisselle, cette nouvelle « femme gelée », Kim Jiyoung, devient « folle » – car c’est une folie que de dire ses quatre vérités aux hommes de la famille. Commence alors un long flash back qui retrace la « formation » de la jeune fille, comme dirait Simone de Beauvoir.

Éduquée à laisser le lait et les protéines à son petit frère, unique garçon de la fratrie et centre de l’attention de toute la famille, Kim Jiyoung ne se verra pas payer ses études, alors qu’elle est plus scolaire que son frère. Bien vite, devenue mère, elle devra abandonner la piètre carrière qui  s’offrait à elle pour garder les enfants. Ces enfants deviennent une « pierre au pied » de leur mère (p. 41) ; de toute façon, les garçons ont les meilleurs postes : « c’est une sorte de compensation pour leur service militaire » (p. 112).

https://information.tv5monde.com/sites/info.tv5monde.com/files/assets/images/coree_femme_votant.jpg
©AP Photo/Ahn Young-joon

La Corée du Sud, poste avancé de la culture occidentale en Asie, évolue rapidement dans la direction de l’égalité des sexes : loi contre la discrimination hommes/femmes en 1999, création du ministère de l’égalité des sexes en 2001, abolition du système patriarcal en 2008… En 2019, un parti féministe a rassemblé 3% des voix aux élections législatives.

A lire ailleurs : Sur la route de Jostein, The Guardian, Le Figaro Madame, Les Livres d’Eve.

Cho Nam-Joo, Kim Jiyoung, née en 1982, NiL, 216 p., 18,50€.

 

Un commentaire sur “En Corée du Sud, on ne naît pas femme

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑