Claire Fercak, Histoires naturelles de l’oubli (2015)

On ne se lasse pas des histoires d'amnésiques. Depuis le fascinant Mulholland drive de David Lynch en 2001, j'ai l'impression que les amnésiques qui tentent de reconstituer leur passé sont un ingrédient narratif révélateur de notre époque, à bien des égards oublieuse de ses racines. Je me souviens d'avoir beaucoup apprécié la bande-dessinée très simple... Lire la suite →

Publicités

Cynthia Bond, Ruby (2014)

Dans son Americanah (j'y reviens toujours décidément), Adichie déplore l'uniformisation de l'écriture artistique par la littérature américaine, hégémonique, vendue partout dans le monde en quantités industrielles. Elle a raison de recommander la lecture de livres de tous les pays. Je garde pourtant l'impression, lisant le premier roman de Cynthia Bond, best-seller mondial, que les livres... Lire la suite →

Sylvie Kandé, Gestuaire (octobre 2016)

Voilà que nous parvient, depuis les États-Unis où écrit et enseigne Sylvie Kandé (poète-traductrice-romancière franco-sénégalaise), son Gestuaire. Une tentative de "grammaire transitoire", dit-elle, capable de raconter les expériences, belles ou traumatiques, douces ou violentes, nées du métissage et de l'esclavage en Amérique. Gestes que la France métropolitaine n'a pas connus et qu'elle n'a jamais nommés. Il n'est pas... Lire la suite →

Shilpi Somaya Gowda, Un fils en or (janvier 2017)

À lire Americanah, de Chimamanda Ngozi Adichie, on pouvait se demander s’il s’agissait d’un roman nigérian, ou bien seulement d’un roman américain mettant en scène une Nigériane. La question ne se pose plus avec Un Fils en or, de Shilpi Somaya Gowda, romancière canadienne née de parents indiens. De l’Inde, il ne reste guère que ce qu’on... Lire la suite →

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑