Laura Alcoba, La Danse de l’araignée (2017)

Oh ! le beau matériel pédagogique. Le roman parfait à faire étudier au collège. La langue est simple. L'héroïne est une collégienne de banlieue, ce qui exonère de toute liberté d'imagination. L'action est fragmentée en petits chapitres sécables, indépendants les uns des autres, prêts à donner en classe. Peu de contexte à retenir : le... Lire la suite →

Publicités

Muriel Barbery, La Vie des elfes (2015)

La critique a pulvérisé ce roman. "On s'en fout", écrivent Les Inrocks  ; "on n'y comprend rien", renchérit Télérama ; "tout est exagéré", conclut Alice Ferney pour Le Figaro. Les journaux de toutes les sensibilités s'accordent à n'y voir au mieux qu'un charabia poétique. Il faut dire que le retour tardif à l'écriture de Muriel... Lire la suite →

Hors-série : Anna Akhmatova (1889-1966)

En 2007 est parue une bouleversante anthologie de poèmes d'Anna Akhmatova, choisis et traduits par Jean-Louis Backès, professeur de littérature comparée à la Sorbonne et spécialiste d'à peu près tout — depuis Homère jusqu'à aujourd'hui. De son vrai nom Anna Gorenko, Akhmatova s'est choisie un pseudonyme oriental (on entend Ahmed, un nom coranique), pour dire sa... Lire la suite →

Hors-série : Elizabeth Browning

Dans l'Angleterre romantique du milieu du XIXème siècle, le couple formé par Robert et Elizabeth Browning paraissait un idéal amoureux tout à fait unique. Leur histoire était connue de toute l'Europe : dans son enfance, Elizabeth était souffrante d'une maladie indéterminée, mais qui avait sûrement à voir avec sa dépression nerveuse. Elle avait été en... Lire la suite →

Aya Cheddadi, Tunis marine (mars 2016)

Je joue mon rôle dans votre univers Et vous dans le mien Ne m'oubliez pas Ainsi se lamente (p. 122) Aya Cheddadi, poète morte le 6 janvier 2015, à trente-six ans, laissant inédit un recueil de poèmes rassemblés quelques mois avant son décès. Née de mère japonaise et de père marocain, c'était bien la seule... Lire la suite →

Sylvie Kandé, Gestuaire (octobre 2016)

Voilà que nous parvient, depuis les États-Unis où écrit et enseigne Sylvie Kandé (poète-traductrice-romancière franco-sénégalaise), son Gestuaire. Une tentative de "grammaire transitoire", dit-elle, capable de raconter les expériences, belles ou traumatiques, douces ou violentes, nées du métissage et de l'esclavage en Amérique. Gestes que la France métropolitaine n'a pas connus et qu'elle n'a jamais nommés. Il n'est pas... Lire la suite →

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑