Joy Sorman, naturaliste sans certitude

61jyq4ih7wl

Les plus grandes qualités de ce roman sont d’être superficiel, répétitif et ennuyeux : comme la vie.

Le roman suit la naissance d’une maladie, son acmé et sa guérison. Ninon Moise, héroïne au nom prophétique, est atteinte d’une maladie de peau, rare et sans symptôme, à part une immense douleur du contact : presque une douloureuse hallucination. Les médecins s’enchaînent, les médecines aussi, mais rien ne semble devoir endiguer la douleur. Ni les méthodes douces, ni les opérations, ni les psychothérapies (mais il est vrai que Ninon Moise abandonne un peu vite cette piste), ni même les remèdes chamaniques ne la soulagent. Aucun dialogue, aucun caractère dans ce roman, mais une succession de cabinets médicaux dont la décoration intérieure est décrite avec une précision chirurgicale.

Le propos est donc, on l’aura compris, le même que celui d’un roman récent de Paule Constant, à savoir que la médecine n’est pas parvenue (et ne parviendra sans doute jamais) à s’extraire de ses déterminismes historiques, et à connaître parfaitement le corps qui garde ses mystères. Mais Joy Sorman est aussi froide et dissécatrice que Paule Constant est humaine et empathique ; pour Paule Constant, les écrivains possèdent ce savoir dont manquent les plus savants docteurs, tandis que Joy Sorman se montre aussi démunie et dubitative que ses personnages médecins. Je ne puis m’empêcher d’y lire un effet de génération : à des anciennes autrices qui faisaient profession de savoir, succèdent des autrices plus jeunes qui ont développé collectivement une esthétique de la perplexité (dont Nathalie Quintane serait la caricature). Comme tous les écrivains naturalistes, Joy Sorman est scientiste : mais c’est une scientiste qui ne nourrit aucun espoir de savoir ; tous ses renseignements sont condamnés d’avance par le présupposé agaçant que tout apprentissage est vain.
C’est lorsque l’héroïne abandonne l’idée même de guérir, qu’elle se trouve guérie un beau matin. Le roman change alors tout à fait de voie, et raconte la nouvelle vie de punk que mène Ninon : on pense aux dernières cinquante pages de Désorientale, de Négar Djavadi, où tout (pays, style, intrigue) est abandonné sans projet précis pour le récit d’une vie de squatteuse.

2013-sorman
Joy Sorman, 2013

Sciences de la vie avait été l’une de mes impasses de la rentrée littéraire 2017, mais voilà qu’il ressort en poche et qu’on le trouve désormais facilement d’occasion.

Ailleurs : voir les avis de Télérama, Le Monde, UnBouquinDansLaPoche qui découvre Joy Sorman avec ce roman, et Les Élucubrations de Fleur qui trouve ce roman superficiel ; voir aussi une interview de Joy Sorman par CultureBox.

Joy Sorman, Sciences de la vie, Seuil, 2017, 272 p., 18€.

9 commentaires sur “Joy Sorman, naturaliste sans certitude

Ajouter un commentaire

      1. Personnellement j’ai apprécié la façon dont a été traitée la question de la douleur, de sa dimension indicible… Je trouve qu’elle a très bien rendu compte de la réalité de la maladie qu’elle décrit. Bien sûr, une lecture est nécessairement subjective et le vécu influence le ressenti. En tout cas, je n’ai pas du tout trouvé ce texte superficiel… 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. Absolument pas, l’allodynie existe… Si seulement elle pouvait être symbolique, mais elle ne l’est pas. Évidemment, Joy Sorman a pris quelques libertés, mais je peux t’assurer que la façon dont elle évoque les douleurs est tout à fait pertinente, et parle en tout cas aux gens qui vivent de telles choses… 🙂 C’est pour cela aussi que je peux tout à fait comprendre que ce livre ne touche pas tout le monde !

        Aimé par 1 personne

      3. Bien entendu, l’allodynie existe! Mais la romancière a choisi cette maladie parmi d’autres par goût du symbole, je crois, plutôt que de la pertinence historique, ce qui rend son roman très abstrait, je trouve…

        J'aime

      4. Peut-être, mais je ne vois pas trop en quoi la pertinence historique serait attendue dans ce livre… personnellement l’aspect symbolique ne m’a absolument pas dérangée. Et j’ai au contraire trouvé son livre très concret, mais là encore cela est sûrement une question de sensibilité et de vécu de chaque lecteur… 🙂 La douleur est souvent de l’ordre de l’indicible, et bien que terriblement concrète elle demeure abstraite lorsqu’on veut la mettre en mots, et j’ai trouvé qu’elle rendait parfaitement ce sentiment ! 🙂 Je ne dis pas forcément qu’il faut être malade pour aimer ce livre, mais disons que cela peut expliquer les différences de perception 🙂 Ensuite, c’est aussi une question d’attente… Connaissant Joy Sorman je ne m’attendais pas à lire quelque chose d’un réalisme fou et empreint d’historicité ! 🙂

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑