La recette de Darrieussecq

C’est le dernier Darrieussecq, rentrée littéraire 2017, succès annoncé. C’est une dystopie : ce genre est à la mode. Dans un futur possible, et angoissant, la narratrice agite les questions de bioéthique les plus éculées et les plus insolubles : clones, greffes, implants… Surtout, dans ce futur possible, et probable, les lecteurs sont tous devenus idiots : il faut donc leur parler dans un langage simple, et leur expliquer qui est Christophe Colomb, qui est Mozart. Un lecteur d’aujourd’hui est forcé, en lisant, de se sentir intelligent, par comparaison. Voilà le genre de flatteries qui sont censées nous rendre ce livre agréable.

Tout est là pour aboutir à un best-seller… mais pour ma part, rien ne m’y a semblé ne serait-ce qu’original, ou inhabituel. C’est de la science-fiction à l’ancienne, comme j’en lisais à douze ans dans les collections pour enfants. Le titre, Notre vie dans les forêts, est peut-être un clin d’œil discret à Thoreau : mais à part ça, rien ne rapproche l’admirable épopée intérieure de Thoreau et la ragougnasse orwellienne que nous sert Darrieussecq.

Écrivant ces lignes, je sors de quatre journées d’études à Metz et à Paris, du 26 au 29 janvier 2018, à propos de l’écriture « entre deux mondes » de Marie Darrieussecq. Dix-neuf chercheurs et chercheuses ont pris la parole à propos de l’écrivaine : rien de ce qui a été dit ne me semble justifier le moins du monde qu’elle soit étudiée plus massivement, ou plus à fond, que n’importe quel autre écrivaine de qualité aujourd’hui, par exemple Valentine Goby ou Lola Lafon, dont je n’ai jamais entendu dire qu’elles avaient fait l’objet de quatre jours consécutifs de colloque à l’université.

Les voies du succès littéraire sont impénétrables.

Il semble que la recette ait plu à une partie du grand public : voir les avis de Club de lectures, Master Éditions Strasbourg, Chronicroqueuse de livres, et Je lis et je raconte. Cependant, le côté vu et revu (done to death, disent les Américains) n’a pas dégoûté que moi, si l’on en croit Cannibales lecteurs, et Des Livres et Sharon.

Marie Darrieussecq, Notre vie dans les forêts, P.O.L., 2017, 189 p., 16€.

Publicités

11 commentaires sur “La recette de Darrieussecq

Ajouter un commentaire

  1. Il me semble que tu n’es pas le premier à dire ça sur cette autrice… Bon, il faudra bien que je la lise un jour. J’ai moins de références, peut-être que ça passera mieux, c’est peut-être d’ailleurs pour ça que le grand public l’a aimé, non ?

    Aimé par 1 personne

      1. C’est pas faux… Mais s’il y a des gens un peu naïfs qui découvrent le genre comme moi, ils risquent de se laisser avoir… Mais tu as raison pour le reste !

        Aimé par 1 personne

  2. Eh bien ton billet a le mérite d’être clair. Je n’ai lu d’elle que Truismes que je n’ai pas du tout aimé, cela ne m’a pas incitée à lire ses autres oeuvres, d’autant qu’elle a été accusée à deux reprises de plagiat. Bref, je passe mon chemin.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑