Comment remplir un verre brisé avec Pascale Bouhénic

G00505

Lorsqu’il fut de retour enfin : qui, il ? Ulysse, bien sûr. Oui, encore. Mais Ulysse raconté du côté de Pénélope, dans un Paris d’aujourd’hui. L’absence d’Ulysse bouleverse la routine de Pénélope, cartographe de profession, spécialiste des îles (y a-t-il seulement un mot pour une telle spécialité? ou bien n’y en a-t-il pas, tant le métier est rare…).

« Hier l’eau savait se tenir dans un verre » (p. 12). L’absence d’Ulysse entraîne mille petites cassures du quotidien ; les verres se brisent dans la prose de Pascale Bouhénic. Par la brèche, Ulysse et l’eau se sont échappées. Le roman devient un fond sans forme, un extérieur sans intérieur. Aucune frontière n’est plus fiable : l’appartement haussmannien de Pénélope est mal isolé, les voisins ne cessent d’y laisser entendre des bruits inconvenants, qui narguent sa solitude.

De cette absence de frontières, de cette absence d’Ulysse, Pénélope tire un excès de liberté : « ma nuit est agitée, à cause du vide qui provoque le mouvement. La présence d’Ulysse m’immobilisait dans le lit, et je dirais même, la présence d’Ulysse m’immobilisait dans la vie » (p. 48). Pénélope, dans L’Odyssée, aurait-elle été la première « femme libérée », à son corps défendant ?

Le délitement du mythe homérique sert peut-être, in fine, à « retourner comme un gant » (p. 105) intérieur et extérieur, féminin et masculin. Au sortir de ce livre, on sent que le style de Bouhénic a bel et bien inventé une nouvelle forme, un nouveau « verre » qui contienne, tout entier, un certain Ulysse.

bloom
Leopold Bloom, le héros d’Ulysses de James Joyce, dessiné par l’auteur en 1926

 

Ailleurs : LeLittéraire, encore plus affligeant que d’habitude, y voit un « roman parfaitement féminin » ; L’Humanité garde un certain suspense : « le monde va-t-il reprendre son cours d’avant ? » ; Libre-Critique a trouvé cette élégante formule : « un roman aqueux qui ignore l’eau de rose » ; voyez encore l’avis de Dominique Dussidour pour remue.net.

Pascale Bouhénic, Lorsqu’il fut de retour enfin, L’arbalète/Gallimard, mars 2017, 144 p., 17€.

5 commentaires sur “Comment remplir un verre brisé avec Pascale Bouhénic

Ajouter un commentaire

  1. Je ne suis pas forcément très portée sur les mythologies (traduire par : je n’y connais rien), mais ce roman qui revisite l’histoire dans une perspective plus moderne m’a l’air bien intéressant. 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑