Muriel Barbery, La Vie des elfes (2015)

La critique a pulvérisé ce roman. « On s’en fout », écrivent Les Inrocks  ; « on n’y comprend rien », renchérit Télérama ; « tout est exagéré », conclut Alice Ferney pour Le Figaro. Les journaux de toutes les sensibilités s’accordent à n’y voir au mieux qu’un charabia poétique.

la-vie-des-elfes

Il faut dire que le retour tardif à l’écriture de Muriel Barbery, neuf ans après son best-seller L’Élégance du hérisson, rendait la critique particulièrement curieuse. Ajoutons que le choix de rester dans l’ombre, malgré un succès international, a pu vexer une partie de la presse.

Qu’en est-il, en réalité ? La Vie des elfes est un roman fantasy imité de Tolkien et de J. K. Rowling. C’est donc un livre pour la jeunesse, qu’il faut appréhender comme tel. L’intrigue, une guerre entre les elfes et les humains qui métaphorise le désenchantement de l’imaginaire chez les enfants d’aujourd’hui, est sans doute empruntée à L’Histoire sans fin de Michael Ende (1979). « Mais nous espérons en des temps d’alliance et poursuivons l’illusion des poètes anciens », proclame le chef des elfes à la dernière page, annonçant un second tome que l’autrice a promis d’écrire.

Disons-le, c’est un très bon roman pour enfant. Le genre fantastique est actualisé par des maléfices scientifiques (ainsi les « cavaliers de l’antimatière », p. 236). Chaque page est dépaysante et au bout de quelques pages, on a décidément franchi la frontière de la réalité. L’ambiance rustique et la vie naturelle des elfes sont très plaisantes, surtout quand on mène une vie parisienne comme moi.

Ainsi ce livre justifie pleinement l’existence de blogs littéraires, parce que c’est sur internet, et non dans les journaux de référence, qu’on trouve les chroniques les plus fines sur ce roman, et qu’on lui rend le mieux justice. Lisez par exemple l’expérience de lecture d’une Mahaut Hellequin, irremplaçable pour apprécier la spiritualité des romans à contenu philosophique. Lisez aussi ces blogs littéraires habitués à la littérature fantasy pour jeunesse et young adults, qui ont fort apprécié le roman, comme Onee, qui lui trouve « un petit côté Harry Potter« , Un livre sur mes lèvres qui voit, je cite, « cantiques et réalité quantique », isalire enthousiaste également. Il y a bien des lectrices et des lecteurs qui attendront le second tome avec impatience. À quand une adaptation au cinéma ?

couv22611965

Muriel Barbery, La Vie des elfes, Gallimard, 2015, 304 p., 19,50€.

Publicités

10 commentaires sur “Muriel Barbery, La Vie des elfes (2015)

Ajouter un commentaire

  1. Merci pour cette mise au point ! J’avais trouvé son best-seller bien mais sans plus, mais pour celui-là, vu qu’on est dans le cadre des lectures jeunesse, je ne pense pas pouvoir me baser sur ma précédente lecture. Peut-être que les critiques littéraires des journaux l’ont oublié et s’attendait à être la cible ?

    Aimé par 1 personne

  2. J’avais tenté de le lire, mais je suis jamais rentrée dedans… autant j’avais été enchantée par Une Gourmandise et L’élégance du hérisson; j’avais trouvé l’entrée dans l’histoire facile, autant là… Je sais pas, la magie n’a pas opéré pour le coup.
    Mais peut-être que si je retente en me disant qu’effectivement, c’est à un livre pour plus jeunes que je dois m’attendre, ça changera quelque chose, hm. Je crois que m’attendais aussi à quelque chose dans la même veine que l’Elégance du Hérisson

    Sedna

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑