Elena Ferrante, L’amie prodigieuse (2014) [2011]

Pourquoi, une fois de temps en temps, et surtout un mois d’août à la plage, ne pas lire un best-seller international ?

Elena Ferrante est le pseudonyme d’une romancière à succès, née à Naples en 1943, et qui n’a été formellement identifiée que très récemment : il s’agirait d’Anita Raja, éditrice et traductrice italienne d’écrivaines féministes du monde entier (et de Christa Wolf en particulier).

cover_9788876411724_621_600

Pour parler de L’amie prodigieuse, il faut commencer par la fin : son immense succès éditorial. La tétralogie entière a tenu en haleine des millions d’hommes et de femmes de tous les pays, de tous les âges, à la ville et à la campagne, diplômés ou pas, depuis la parution du premier tome en 2011 (mais en 2014 en France, grâce à la traduction d’Elsa Damien). Autour de moi, où que j’aille, on lisait Elena Ferrante : au travail, à l’université, dans ma famille, à mes loisirs. Une « Ferrante fever« , disent les journaux.

On ne comprend pas encore très bien le phénomène d’addiction à des fictions (littéraires ou télévisuelles) ; les textes théoriques abondent sur le sujet, et ce n’est pas moi qui vais résoudre cette épineuse quadrature. Sur L’Amie prodigieuse, le premier tome, j’ai cependant quelques mots à dire.

l-amie-prodigieuse-713457-621x10241

Il raconte l’enfance et l’adolescence d’Elena (la narratrice) et de sa meilleure amie Lila, dans une banlieue pauvre de Naples. Tout au long de cette initiation, le roman suit des rails très stricts : il s’agit sans cesse de l’émulation, de la rivalité entre les deux personnages. À l’école, dans leurs familles, plus tard avec les garçons ou bien au travail, sans cesse Elena et Lila se comparent, se mesurent à l’aune de l’autre. Même lorsque Lila n’est pas présente, elle « agit comme un fantôme exigeant » (p. 120) sur sa comparse.

Or Lila est une fille en effet « prodigieuse », fascinante, qui prend sans cesse des décisions extrêmes et n’hésite pas à user de la violence ou de la méchanceté les plus frontales pour arriver à ses fins. Elle ne souhaite rien d’autre que le bonheur de son quartier et la paix entre les familles (ce qui la rend sympathique), mais elle use pour cela de moyens bien à elle, qui étonnent sans cesse.

Toute la vie de ce quartier de Naples est dépeinte en série de courts épisodes, de petites aventures où, immanquablement, Lila fait montre de son extravagance. Il y a quelque chose de systématique, de mécanique même, dans cette écriture ; la romancière ne s’en cache pas, puisqu’elle révèle sa recette elle-même (p. 186) : elle écrit « non pas tant les événements en soi que la cristallisation autour de Lila de tensions d’origines diverses ».

Ainsi rien d’étonnant à ce que L’Amie prodigieuse finisse adaptée en série TV par HBO. Le procédé est celui même qui a fait le succès de tant de séries TV (FriendsHow I met your mother…) : des personnages aux caractères dépeints à très gros traits, exagérés dans leurs choix et dans leurs émotions, procurent toujours un même type d’émotions chez le spectateur quels que soient les événements (potentiellement infinis, là-dessus les scénaristes ont les coudées franches) auxquels ils sont confrontés.

Le style est agréable, et les détails de la vie quotidienne de l’Italie des années 60 sont touchants. Voilà pourquoi on ne se rend pas compte tout de suite à quel point la structure narrative est, au fond, répétitive. En réalité l’écrivaine fait preuve de technicité bien plus que de sensibilité. On s’en apercevra avec évidence à la dernière page, où le premier tome se conclut sur un cliffhanger digne d’un mauvais polar, qui nous incite plutôt à sortir la carte bleue pour acheter le deuxième qu’à méditer sur le sens profond (manifestement absent) des aventures advenues.

Ailleurs : LeParisien s’attarde sur les chiffres du succès ; Bibliobs soutient que le succès d’Elena Ferrante s’explique par la description précise et féministe de la vie et du corps des héroïnes ; LeTemps y voit la preuve d’une grande fluidité du style de l’écrivaine.

Elena Ferrante, L’amie prodigieuse, Gallimard, coll. « Du monde entier », 2014, 400 p., 26,50€.

Publicités

13 commentaires sur “Elena Ferrante, L’amie prodigieuse (2014) [2011]

Ajouter un commentaire

  1. Je fais partie des rares qui ne l’ont pas encore lu, ça me « rassurait » de savoir que je n’étais pas la seule, et voilà que tu me laisses tomber, bravo !

    Plus sérieusement, je ne sais jamais à quoi m’attendre avec ce type de livres… Je peux beaucoup aimer un livre plutôt considéré « grand public » de par son succès, mais je peux être aussi extraordinairement dubitative, comme avec Kafka sur le rivage, pourtant considéré comme le meilleur livre de Haruki Murakami…

    Je dois avouer que je retarde un peu ma lecture de cette saga, pour être tout à fait honnête, prendre de la distance sur le succès…

    En tout cas, c’était intéressant de lire ton avis, plus partagé que ce que j’ai lu jusqu’à présent 🙂

    Aimé par 1 personne

      1. Pour le peu d’écrivains japonais que j’ai lu (oui, j’ai étudié le japonais et j’y connais rien en littérature japonaise, honte à moi !), tu n’as tellement tort. (même si, selon comment c’est fait, ça ne me dérange pas outre mesure)
        Je ne pensais pas que c’était à ce point par contre, je pensais qu’il y avait plus de choix…

        Aimé par 1 personne

  2. Donc , je ne suis pas la seule à ne pas l’avoir lu… ça me réconforte d’avoir un avis un peu différent de toutes les critiques ultra positives et de l’émulation qu’il y a autour de ce roman et du pseudo mystère de l’identité de son auteur. J’ai tendance à fuir les effets de mode mais j’ai bien failli revenir sur mes pas concernant l’amie prodigieuse! Cette chronique me conforte dans l’idée que cette lecture peut encore attendre! 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Après avoir tergiversé pendant quelques semaines, je me suis lancée et je suis actuellement en train de le lire… Pour ne pas comprendre le succès de ce roman. Il y a quelque chose de mécanique, comme tu le dis, mais aussi de froid.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑