Stéphanie Hochet, L’Animal et son biographe (février 2017)

353456jlk-1024x683
Lascaux IV : Théâtre de l’art pariétal

L’ouverture, fin-2016, de Lascaux IV (inaugurant de nouvelles manières de visiter une grotte préhistorique) semble exercer son influence sur les productions culturelles récentes. La préhistoire revit. Dans Syberia III, un jeu vidéo de Benoît Sokal à paraître dans quelques jours, l’on incarne une héroïne dont les talents en mécanique doivent la conduire sur la trace de Hans, un petit garçon qui, ayant découvert des peintures préhistoriques dans une grotte de son village, est en effet parti à la recherche des derniers mammouths vivants. La fascination de Hans pour l’art pariétal l’a fait quitter la communauté humaine et même laisser croire à sa famille sa propre mort.

image_02-4
Capture d’écran de Syberia

Dans son livre, Stéphanie Hochet, quant à elle, nous plonge petit à petit dans le récit fantastique d’un élevage très particulier : celui de l’aurochs de Heck. On appelle ainsi un animal créé par un programme d’élevage nazi : « dans les années 1920 en Allemagne, […] deux biologistes sélectionnèrent des bovins selon leurs caractéristiques physiques, les croisèrent et parvinrent à donner naissance à un animal qui était assez ressemblant » à l’aurochs primitif (p. 106-107). Le projet est romantique et écologique : « ils avaient voulu réaliser les rêves du romantisme allemand qui exaltait la vigueur et le danger de la nature » (p. 115).

L’aurochs vivant, sorte d’arlésienne animale, n’apparaît devant nous que tardivement dans le roman. Le récit initial est celui d’une prise en otage lente et progressive d’une romancière, par le maire d’un village qui l’a invitée à présenter sa dernière parution. Le maire, un homme énorme et musculeux, s’appelle Charnot, quasi-anagramme d’aurochs et surtout paronyme de charnier. C’est le Minotaure de ce village, le gourou d’une communauté emportée dans le projet fou de la reconstitution de l’aurochs.

41tl9z7mjwl-_sx339_bo1204203200_

Pourquoi ce village a-t-il besoin de la romancière ? Charnot est à la recherche de la poète capable de célébrer et de comprendre son projet écologique radical et névrotique. Sous sa houlette, l’héroïne écrit Le Testament de l’aurochs, hymne de l’animalité préhistorique, exhaussant l’animal au rang de « transfuge d’un monde mythique » (p. 143), une œuvre à la fois lyrique et écrite sous contrainte.

L’Animal et son biographe constitue donc une forme de fable avec laquelle Stéphanie Hochet pointe un danger littéraire récurrent dans l’histoire des lettres, celui de l’idéalisation romantique et sectaire. Surtout, à travers le personnage de Charnot et ses projets insensés, Hochet met en crise la frontière entre « animal humain » et « animal non-humain ». Ce Testament de l’aurochs, Charnot se l’approprie finalement, niant la propriété intellectuelle de l’héroïne, et laissant entendre que c’était sa part animale, préhistorique, qui l’avait écrit : « ici, c’est l’animal qui prime, pas son biographe » (p. 186).

Ainsi, comme Noémi Lefebvre ou Olivia Rosenthal, le roman démontre aussi que l’antispécisme n’est plus un discours marginal et méconnu dans l’espace littéraire contemporain. C’est bien plutôt une nouvelle doxa qu’il faudra désormais  sans cesse réinterroger, essayer et questionner. On se réjouit ici des œuvres à venir qu’annonce L’Animal et son biographe.

syberia
Dessin préparatoire de Syberia III

Ailleurs : l’avis de Thierry Savatier, celui du Figaro, des lectures du Hibou, et même de Lili Galipette.

Publicités

4 réflexions sur “Stéphanie Hochet, L’Animal et son biographe (février 2017)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s