Sylvie Dazy, Métamorphose d’un crabe (2016)

dazy_sylvie-metamorphose

Le crabe, c’est (en argot) le maton, le gardien de prison. Sylvie Dazy, longtemps éducatrice dans les prisons de Fleury-Mérogis et de la Santé, nous dépeint de l’intérieur ce personnage, complexe sous sa carapace d’insensibilité mécanique, carapace qui devient lentement sa seule personnalité. Il s’agit donc à la fois d’un excellent roman et d’un passionnant témoignage sur un monde (la prison) que la société a décidé d’ignorer. Le roman donne de la force à la réalité de la description, et inversement.

La taule, l’enfermement pénal, c’est trop violent pour être vécu sans une fiction qui lui donne un semblant de sens. Le prisonnier est un personnage de cinéma bien connu et le détenu, souvent, pour survivre, s’imagine qu’on va faire un film de lui. Les prisonniers peuvent s’échapper dans ces récits hollywoodiens, pour eux flatteurs ; mais pas les gardiens, qui sont soumis à une simple et exacte observation de leurs devoirs ritualisés. « Vous êtes plus enfermés que nous », disent les prisonniers les plus sarcastiques à leurs gardiens (p. 22).

L’évolution progressive du maton, sa « métamorphose », est très soignée par l’autrice. Au début « ethnologue » curieux de tout comprendre, il devient petit à petit le chef de section insensible qui ne demande qu’une journée de calme. Il devient sceptique, et nous aussi à le lire, sur sa légitimité et son honorabilité. Le gardien de prison ne vaut guère mieux que le prisonnier ; « juger punir est une tâche trop grande pour nous », une tâche que nous ne méritons pas d’assumer.

La prison, monde kafkaïen s’il en est, méritait bien une métamorphose. Celle-ci n’est pas soudaine et inexplicable, comme dans le roman de Kafka, mais lente et inexorable, car elle n’est pas un mystère de l’inconscient, mais un mouvement de la société. Sylvie Dazy nous montre en somme ce que notre société ignore sur elle-même.

D’autres avis : La ville en roseBenzine / Critique libre / Audrey Chèvrefeuille

Enregistrer

Publicités

2 réflexions sur “Sylvie Dazy, Métamorphose d’un crabe (2016)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s