Hors série n. 2 : George Sand

George Sand est devenue l’archétype de la femme de lettres, pour la plupart des gens instruits. Par exemple, le concours qui récompense exclusivement les ouvrages littéraires écrits par des femmes s’appelle le concours George Sand. Le choix, par Aurore Dupin (son nom dans l’état civil), d’un pseudonyme masculin pour appuyer son autorité a fait naître, outre des imitatrices, de nombreuses réflexions au sujet des implications du genre de l’auteur-e dans la réception de son ouvrage par le lectorat.

francoislechampisylvainfraroz

George Sand a pris une telle importance, dans les débats de ces deux derniers siècles au sujet du genre, que toutes les particularités de son style ont été dites « naturellement » féminines. Ainsi Balzac attribuait l’optimisme anthropologique, le populisme très caractéristique de l’écrivaine, à sa qualité de femme : « Idéalisez dans le gentil et dans le beau, c’est un ouvrage de femme », lui disait-il (sous-entendu : les hommes romanciers, Balzac en particulier, se doivent au contraire de voir la réalité en face et de la dire crûment).

Ramener tout le style de George Sand à sa condition de femme était sans doute d’autant plus blessant qu’elle avait des convictions misogynes affichées : « j’aime mieux les hommes que les femmes », affirme son autobiographie, attribuant à celles-ci « agitations puériles » et « excitation maladive ». Les féministes l’ennuyaient. Tous ses personnages féminins sont fades et passifs au point que l’héroïne dans François le Champi avait choqué Émile Zola par son indécision chronique. Encore plus violemment et paradoxalement, Sand écrit en 1834 : « les femmes n’ont encore rien à dire ».

800px-eugc3a8ne_ferdinand_victor_delacroix_041
Portrait de George Sand par Delacroix en 1848

 

Il est donc tout naturel que les critiques, comme en 1992 Margaret E. Gray, aient lu François le Champi (1848) comme le récit d’un effacement progressif de l’autorité et de la parole des femmes. Une genèse de la voix masculine, celle de François. Mais d’autres, comme Romira M. Worville en 2008, y voient le début de la valorisation de l’androgyne : François est un homme efféminé, élevé sans père par des femmes, et l’androgyne sera plus tard une image baudelairienne (partagée par tous les écrivains du siècle) de la beauté ambigüe.

En somme, François le Champi fait dérailler les études de genre. On n’arrive pas à y entendre un discours audible sur les femmes. C’est peut-être qu’elles ne sont pas si pertinentes sur George Sand, que le genre intéressait peu. Lorsqu’elle parle de ses romans, elle décrit ses personnages comme représentant non pas leur genre mais leur classe, leur appartenance sociale. Sand a fondé le journal La Cause du peuple en 1848, dont Libération est aujourd’hui le lointain descendant. Ses convictions socialistes s’expriment dans tous ses écrits journalistiques ou épistolaires. Les procédés d’oralité omniprésents dans son écriture ne sont pas une tentative de restitution des modes de narration féminines, comme on a pu l’écrire, mais simplement populaires. Il faut peut-être donc interpréter son pseudonyme comme une manière d’annuler le genre en littérature, d’employer un genre neutre, à la manière du pseudonyme épicène de Camille Laurens.

Advertisements

2 réflexions sur “Hors série n. 2 : George Sand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s